Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Chine – une semaine dans le Sichuan

Un séjour épicé dans le Sichuan. Jeu de mot à la noix, puisque le Sichuan est notamment connu pour ses plats ultra poivrés et pimentés, le poivre utilisé ayant un léger effet anesthésiant !

Une grande et belle région, pour laquelle nous avions des plans ambitieux (route du Tibet Kham, mont Emeishan, parc naturel de Jiuzhaigu)… mais à laquelle on a accordé assez peu de temps au final.

On s’est approché du Sichuan au Lac magnifique lac Lugu, qui sert de démarcation entre les deux régions ! Le récit ici

Xichang

Simplement une étape entre le lac Lugu et Chengdu. Où nous avons troqué notre bus habituel contre un train couchette ! L’occasion de prendre cette photo ambiance post-apocalyptique (c’est juste une rue en travaux en fait, donc une ville assez singulière tout de même)/

Chengdu (4 jours) – panda & cie

Avec ses 14 millions d’habitants, Chengdu se hisse dans le top 30 mondial !

Une ville bien agréable, mais dont les zones les plus anciennes ont été complètement réaménagées.

A Chengdu, on s’est largement laissés aller à notre penchant naturel pour le voyeurisme ! On a ainsi pu observer indiscrètement les gens :

  • En déambulant, dans le bien nommé Parc du peuple où le tout Chengdu (surtout de plus de 60 ans) se retrouve pour danser, chanter, calligraphier ou voir les autres danser et chanter…
  • Mais pas seulement, les parents peuvent faire le tour des petites annonces pour trouver mari / femme à leur progéniture célibataire !
  • Dans ce parc se niche un joyau : une maison de thé à fleur d’étang très fréquentée ! C’est pour ce genre de maison de thé, marque de fabrique de Chengdu, que les habitants en sont réputés bons vivants et plus « cools ». C’était l’occasion pour nous de tester la spécialité de Chengdu : les nettoyeurs d’oreilles ambulants ! Aperçu sonore et visuel.
  • On a également ouvert grand nos yeux dans la rue.

Observation intense, en partie parce que les parties anciennes de la ville ne sont pas totalement renversantes, avec une adaptation au tourisme de masse du temple Wuhou (60¥) et les vieilles rues autour et près de Tonghuimen !

  • Seul le temple de Wenshu (gratuit en plus) a trouvé grâce à nos yeux, avec une foule venue pour honorer les divinités !

On a aussi testé la fondue Sichuanaise : la classique (près du « local buffet 11¥) et même une fondue Vegan (au Yusuge Garden Vegan restaurant – 32¥ le buffet).

Le centre de recherche et d’élevage des pandas géants

Mais c’est à côté de Chengdu – pourquoi le nier – que se situait l’attraction principale ! Les ambassadeurs stars de la Chine à l’étranger en résidence – roulement de tambours : les pandas.

Ces ours pas communs – parce que devenus végétariens – sont originaires des montagnes de la région. Le centre de recherche sur les pandas géants, vise notamment à leur reproduction pour la continuation de l’espèce.

A visée scientifique initialement, il s’est progressivement ouvert au public, et actuellement il est très très bien organisé pour les / nous recevoir. Il s’agit in fine d’une « attraction » extrêmement populaire !

Ayant fait studieusement nos recherches, nous avions décidé d’y aller dès l’ouverture car :

  1. Les pandas habitués à des températures d’altitude n’aiment pas la chaleur et ces petits gloutons sont au plus actif quand on les nourrit le matin (vers 9h).
  2. Une foule se précipite chaque jour pour les voir et le parc est rapidement bondé.
  • On s’est levé aux aurores pour être à la base vers 7h30, et il y avait déjà effectivement une longue queue de joyeux chinoises et chinois portant tou.t.e.s un petit serre -tête panda. Le ton est donné.

Peu à peu pris dans l’ambiance survoltée, nous avons couru/marché- ce pas si élégant lorsqu’on veut se hâter sans trop en avoir l’air – vers les enclos de pandas géants. Au second enclos, fraîcheur et délice, en voici 2, puis 4, à se goinfrer de bambous !

  • Nous sommes fascinés pendant la première heure d’observation. Mais devant leur balourdise, nous restons légèrement suspicieux – pour l’amour du doute – n’aurions-nous pas devant nous des congénères déguisés en pandas et occupés à les imiter grossièrement ?
  • Fun fact sur les pandas : ils sont devenus végétariens et grands mangeurs de bambous (à 99%)… suite probablement à une mutation génétique entraînant un changement de perception du goût de la viande !

Nous nous sommes dirigés ensuite vers les enclos des pandas roux, légèrement moins populaires – n’est pas icône nationale qui veut – et plus aériens.

Un dernier tour pour voir les « bébés » pandas et nous voici de retour à Chengdu !

Pratique : Prendre le bus jusqu’à Panda Avenue, puis les bus 198A, 198 ou 87 !

On avait hésité avec une base plus éloignée de Chengdu, à la base de Bigfengxia.

Leshan – emportés par la foule (excursion en journée)

Autre excursion à proximité, Leshan et surtout son bouddha Géant à flanc de falaise !

Rien que pour les beaux yeux de ce bouddha, nous avons fait 3 fois l’aller retour à la gare de l’Est. En effet, Leshan est accessible en train depuis Chengdu, mais trop optimistes les deux premières fois nous sommes arrivés avec simplement de l’avance… alors qu’en réalité ils nous aurait fallu acheter les billets un peu plus en amont pour pouvoir nous y rendre.

En ce samedi après-midi – fatidique -, à Leshan, nous avons réalisé que nous n’avions pas encore vraiment été confrontés avec le tourisme de masse.

Une fois arrivés au Bouddha, il s’agissait de faire 2h de queue pour pouvoir descendre et le voir de plus près ! Aussi, nous nous sommes contentés de nous contorsionner à qui mieux mieux sur les côtés pour l’apercevoir tant bien que mal.

Bouddha :

  • 1h15 de train, depuis Chengdu Est ou Chengdu Sud.
  • Entrée 40¥ (avec la carte vitale / étudiante) et 80¥ tarif plein.
  • A refaire, on aurait certainement été sur l’île en face pour l’observer de loin, et absolument évité le week-end… voire renoncé à l’expédition.
  • On nous avait conseillé la cave du pharmacien, mais elle coûtait 60¥ de plus.

Nous sommes techniquement revenus par la suite dans le Sichuan, en allant au Tibet Amdo et à Langmusi plus précisément, épopée que vous pouvez lire ICI.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close